ACTUALITÉS

Avec l'apparition des premiers cas de Covid-19 en France, en janvier dernier, et la mise en place, à partir du 17 mars, du confinement de la population décidé par les autorités, la vie des entreprises a été largement bousculée.
Comment poursuivre l'activité en garantissant la protection de la santé des salariés et éviter la propagation de la maladie ? Télétravail, chômage partiel, réorganisation des flux, port d'EPI, changements de rythme, nettoyage ou désinfection répétés des locaux et ateliers… des entreprises ont dû redoubler d'imagination pour s'adapter à la situation.

► PROPRETÉ

Julien Gutfreund, directeur d’Allo Nettoyage, entreprise de nettoyage de l’Est de la France.

« En mars, 80 % de l’activité s’est arrêtée, impliquant la mise au chômage partiel des trois quarts des 160 salariés de l’entreprise. Ce sont essentiellement les prestations pour les professionnels de santé, les centres commerciaux, les copropriétés et quelques industries qui ont été maintenues. Et malgré les aides mises en place pour le chômage partiel, la réduction drastique de la facturation et les forts besoins d’investissements – en équipements, produits, EPI… – ont vite complexifié l’équation. Nous avons dû faire face à davantage de travail administratif, ne serait-ce que pour redéfinir, avec chaque client, les modalités d’intervention, ou parfois même avoir connaissance des chantiers interrompus, tous ne nous ayant pas prévenus.

Certaines prestations se sont accompagnées d’un renfort des fréquences de passages ou d’un surcroît d’activité, avec la multiplication des demandes de désinfection de points de contact. Partout, nous avons rappelé les gestes barrières et la nécessité du port des EPI. Nous avons proscrit l’utilisation des aspirateurs qui ne sont pas munis de filtres HEPA (NDLR : High Efficiency Particulate Air, filtres retenant les particules, dont les micro-organismes, avant rejet de l'air hors de l'aspirateur), sauf très localement, lorsque quelque chose a été renversé, en prenant soin d’aérer immédiatement la pièce. Pour les demandes relatives à la désinfection, nous utilisons exclusivement des produits virucides conformes à la norme NF EN 14476.

Certaines prestations se sont accompagnées d’un renfort des fréquences de passages.

L’établissement réalisant des prestations de bio-nettoyage pour des laboratoires, nous avons été contactés pour de la désinfection de surfaces par voie aérienne, dans le cadre d’interventions dans des salles contaminées. Ce travail nécessite un équipement spécifique (répondant à la norme NF T 72-281), des protocoles particuliers et du personnel formé. Nous avons anticipé ce glissement des prestations et acheté 5 nébuliseurs ainsi que les produits adaptés. Le fournisseur a proposé des formations à distance, suivant les préconisations du guide méthodologique de l’Anses pour la mise en œuvre d’un procédé de désinfection des surfaces par voie aérienne appliqué aux zones confinées. Nos produits désinfectants ont été soumis à une hygiéniste du CHRU de Nancy avec laquelle nous avons validé le dosage et le temps d'action préconisé. Cette crise nous a amenés à nous adapter, nous former, nous équiper et même à apprendre un nouveau métier. » 

Propos recueillis par G. B.

Haut de page