ACTUALITÉS

© Gaël KERBAOL/ l’INRS

© Gaël KERBAOL/ l’INRS

LE BUREAU d’analyse des risques et pollutions industriels (1) a publié son inventaire des accidents technologiques survenus en 2018. Il souligne que la progression de l’accidentologie se poursuit. L’année 2018, avec 1 112 accidents et incidents recensés en France dans les installations classées, montre une évolution croissante de l’accidentologie par rapport aux années 2017 et 2016 avec respectivement 978 et 827 événements.

L’accidentologie des établissements Seveso contribue significativement à cette évolution (+ 25 % en 2018, + 22 % en 2017, + 15 % en 2016). Si le secteur des déchets révèle le plus fort nombre d’accidents, les évolutions par rapport à l’année 2017 apportent un classement différent selon les secteurs d’activité. Ainsi les Secteurs marquant la plus forte évolution concernent respectivement le raffinage, le transport et l’entreposage, le travail du bois, et le traitement des déchets.

À l’opposé, une diminution sensible peut être constatée concernant l’industrie du caoutchouc et des plastiques, l’industrie du papier et du carton, l’agriculture et, enfin, l’industrie chimique et pharmaceutique. Il ne s’agit-là que de tendances qui doivent être évaluées au regard de l’importance du tissu industriel que représente chaque secteur d’activité. Les phénomènes accidentels rencontrés dans les accidents survenus dans les installations classées sont avant tout les incendies observés dans 46 % des cas, suivis des rejets de matières dangereuses dans 38 % des cas, puis des explosions dans 5 % des cas.

À noter que plusieurs phénomènes peuvent être observés pour un même accident, un second pouvant être la conséquence du premier, comme les rejets de matières dangereuses lors d’un incendie. Un constat particulier émerge de l’analyse de l’accidentologie : la répétition d’accidents déjà survenus au sein d’une même entreprise.

(1) Ministère de la Transition écologique et solidaire. 

LE CHIFFRE DU MOIS

11 % d’actifs seraient prêts à changer de métier pour fuir le bruit. 30 minutes sont perdues chaque jour par employé à cause du bruit.

Source : Enquête JNA/Ifop

Propos recueillis par D.V

Haut de page