ACTUALITÉS

« EN DÉPIT d’une évolution à la hausse des accidents du travail et maladies profes­sionnelles (AT-MP) constatée en 2018, à mettre en parallèle avec la reprise écono­mique, la sinistralité reste, comparative­ment à ces vingt dernières années, à un niveau historiquement bas », annonce l’Assurance maladie-risques professionnels en publiant les chiffres de la branche. La fréquence des accidents de travail est en effet stable à 34 pour 1 000 salariés, contre 45 il y a vingt ans. En nombre, 651 103 nou­veaux accidents du travail ont été recon­nus en 2018, soit une progression de 2,9 % par rapport à 2017.

Tous les secteurs participent à cette aug­mentation, néanmoins plus marquée dans les activités de service parmi lesquels l’in­térim et l’aide et le soin à la personne (+ 5 %) ainsi que dans les industries du bois, de l’ameublement, du papier-carton (+ 4,5 %). La hausse est moins nette dans des sec­teurs qui demeurent tout de même tradi­tionnellement accidentogènes tels que le BTP (+ 1,9 %), le transport (+ 2,4 %) et l’alimen­tation (+ 2,4 %).

En 2018, le nombre d’accidents de trajet a été quant à lui en augmentation de manière plus sensible (+ 6,9 %). La hausse se concentre sur les mois d’hiver, notamment dans les régions les plus touchées par les intempéries. Enfin, après trois années de baisse, le nombre de maladies profession­nelles nouvellement reconnues augmente légèrement pour atteindre 49 538 cas (+ 2,1 %). 88 % de ces maladies sont liées aux troubles musculosquelettiques, en hausse de 2,7 %. Les affections psychiques liées au travail progressent avec 990 cas reconnus, soit environ 200 de plus que l’année précé­dente. Le nombre de cancers profession­nels est stable (1 800 cas reconnus), avec une baisse des maladies liées à l’amiante, essentiellement dues aux plaques pleu­rales. 

ZOOM

Les professionnels du BTP jugent insuffisant le degré de protection des machines vis-à-vis du bruit, des poussières et des vibrations. C’est ce que révèle une enquête lancée en juin dernier par la Capeb, la FFB, la FNTP et l’OPPBTP. L’objectif était de mesurer le degré de satisfaction des professionnels du secteur vis-à-vis de la prise en compte des questions de santé et sécurité sur les machines

qu’ils utilisent et d’identifier des pistes d’amélioration dans le cadre de la consultation publique ouverte par la Commission européenne sur la révision de la directive « machines ». La majorité des répondants juge insuffisants les accès aux postes de conduite ainsi qu’aux points de remplissage, de réglage ou de maintenance des engins, en termes d’ergonomie d’accès, entraînant des risques de chute pour les utilisateurs.

En savoir plus : www.preventionbtp.fr

Propos recueillis par G.B

Haut de page