ACTUALITÉS

© Gaël/INRS

© Gaël/INRS

Santé publique France a mis en ligne le 4 juillet dernier un rapport émanant du programme national de surveillance du mésothéliome pleural (PNSM), marqueur spécifique des expositions passées à l'amiante. Ce document dresse un bilan en termes d'incidence, de survie, d'exposition des patients atteints et de leur reconnaissance médicosociale de l'évolution épidémiologique de cette pathologie dans l’Hexagone entre 1998, année de lancement du programme, et 2017. Bien que l'interdiction de l'usage de l'amiante date de 1997, du fait de l'effet différé de trente à quarante ans entre la première exposition et l’apparition de la maladie, le nombre de cas de mésothéliome pleural continue à grimper en France, quoique avec une grande disparité géographique. Les auteurs soulignent que l’augmentation est plus marquée chez les femmes, avec un doublement du nombre de nouveaux cas annuels depuis 1998. Sur la période 2015-2016, ils estiment à 1 100 le nombre nouveaux cas annuels de la maladie, dont 27 % concernent des femmes.  

Damien Larroque

Haut de page