ACTUALITÉS

© Gaël Kerbaol/INRS

Le cabinet de conseil en prévention Previsoft a publié les résultats de la deuxième édition de son baromètre de la santé et de la sécurité au travail, réalisé à partir d’entretiens téléphoniques auprès des directions des ressources humaines ou sécurité de 300 entreprises de 50 salariés et plus. 86 % des entreprises interrogées ont rédigé une politique de santé et de sécurité au travail. Cependant, malgré une progression globale sur les différentes obligations étudiées, l’enquête révèle que la sécurité des intérimaires, CDD et sous-traitants est négligée. Seules 72 % des entreprises forment systématiquement ces personnels aux règles de sécurité internes et 16 % ne font jamais d’analyse de risques dans le cadre de l’intervention d’une entreprise sous-traitante. La prise en compte des risques psychosociaux (RPS), quant à elle, progresse : 63 % des entreprises ont réalisé un diagnostic des RPS, contre 48 % l’an passé. Enfin, seules 43 % des entreprises pensent que les règles de fonctionnement du Comité social et économique auront un effet positif sur la politique globale de prévention des risques professionnels. Les craintes exprimées vis-à-vis de cette nouvelle instance sont plus marquées chez les responsables sécurité que chez ceux des ressources humaines.

Grégory Brasseur

Haut de page