ACTUALITÉS

Près d’un quart des salariés sont dans un « état d’hyperstress », selon une étude réalisée, dans le cadre de son Observatoire du Stress au Travail, par le cabinet Stimulus, spécialisé en bien-être et santé au travail. Pour ces salariés, il s’agit d’un niveau de stress trop elevé qui présente un réel risque pour leur santé. Les secteurs de la santé, des services
et des activités financières et assurances sont particulièrement touchés. Les femmes sont plus touchées que les hommes (respectivement 28% et 20% de salariés en hyperstress et 46% et 55% avec peu de stress). Cadres et non-cadres sont également touchés par cette situation (respectivement 24% et 23%). Ces résultats ont été obtenus à partir d’un sondage réalisé auprès d’une population de plus de 32 000 salariés de 39 entreprises de secteurs d’activité très variés. Parmi les causes évoquées, c’est le travail en lui-même qui est le premier cité, et notamment le fait d’avoir à traiter des informations complexes et nombreuses en temps limité. L’obligation de s’adapter et l’impossibilité de prévoir ce que sera son travail dans les deux ans sont également mentionnées. Enfin, d’autres facteurs comme le manque d’autonomie, le contact avec des gens impolis ou qui prennent plaisir à faire souffrir sont évoqués par 15 à 20 % des personnes. L’étude révèle également que 52 % des salariés interrogés sont anxieux et 29 % présentent un niveau dépressif élevé. Un point positif toutefois : 51 % des personnes sondées disent ne pas connaître le stress au travail. .

Haut de page