ACTUALITÉS

Le télétravail régulier (au moins un jour par semaine) n’était pratiqué, en 2017, que par 3 % des salariés, majoritairement des cadres (61 %) et dans les métiers de l’informatique et de la télécommunication. Si les femmes télétravaillent presque autant que les hommes, la situation familiale joue sur le recours à ce mode d’organisation du travail, et notamment la présence d’enfants de moins de 3 ans. De plus, le télétravail régulier est plus fréquent en Île-de-France et, plus généralement, dans les aires urbaines denses, où les temps de trajet domicile-travail sont les plus longs. Dans les établissements de plus de 10 salariés du secteur privé non agricole, un quart des télétravailleurs sont couverts par un accord collectif (accord d’entreprise, de branche), plus d’un cinquième par un accord individuel entre le salarié et sa hiérarchie, alors que plus de la moitié pratique le télétravail en dehors de toute formalisation contractuelle.
Pour de nombreux cadres, le télétravail correspond à une pratique occasionnelle peu formalisée : un cadre sur sept télétravaille quelques jours ou quelques demi-journées par mois.

Source : Dares

Haut de page