ACTUALITÉS

© Philippe Castano pour l’INRS

© Philippe Castano pour l’INRS

Malakoff Médéric a rendu public en décembre dernier les résultats de son deuxième baromètre santé des dirigeants de TPE-PME françaises, après celui de 2015. Selon cette enquête menée en octobre 2016 auprès d’un échantillon représentatif de plus de mille d’entre eux, 86 % des dirigeants se déclarent en bonne ou en très bonne santé contre 68 % des salariés (1). Question sommeil également, avantage aux dirigeants. 19 % d’entre eux affirment souffrir de troubles du sommeil récurrents, pour 29 % des salariés.

Si leur temps de travail tend à diminuer, les dirigeants conservent un rythme de travail soutenu : 39 % des personnes interrogées travaillent 50 heures ou plus par semaine (48 % en 2015), et ils sont encore 36 % à ne s’autoriser qu’un jour de repos, ou moins, par semaine (44 % en 2015). Malgré cet infléchissement, 17 % des dirigeants déclarent travailler hebdomadairement plus de 60 heures et deux tiers d’entre eux prennent moins de cinq semaines de congés par an. Conséquence de ce tempo relevé, 44 % des sondés ont du mal à concilier vie professionnelle et vie privée (36 % pour les salariés). Par ailleurs, 87 % d’entre eux considèrent devoir donner le bon exemple à leurs salariés en matière de santé et d’hygiène de vie.

Enfin, pour 84 % des dirigeants, leur état de santé peut avoir des conséquences sur la performance de leur entreprise. Une opinion qui explique que, sur les 10 % qui se sont vu prescrire un arrêt de travail, seuls 18 % l’ont suivi jusqu’au bout et 59 % ne se sont pas arrêtés du tout. D’ailleurs, 41 % des dirigeants ne se sentent pas « suffisamment couverts » face à des problèmes de santé qui les empêcheraient de travailler à plein temps.

(1) Les données concernant les salariés sont extraites de l’édition 2016 de l’étude Santé des salariés et performance des entreprises réalisée par Malakoff Médéric et publiée en avril 2017.

Damien Larroque

Haut de page