DOSSIER

© Fabrice Dimier pour l’INRS

Dans le monde mouvant de la logistique, les entreprises se créent, se rachètent, se transforment. Viapost en est un exemple significatif : situé près de Lyon, à Saint-Quentin-Fallavier, en Isère, l’un de ses entrepôts logistiques a connu des mutations humaines et techniques. Il a effectué, avec l’appui de la Carsat Rhône-Alpes et du Pil’es (Pôle d’intelligence logistique Europe du Sud), un travail de fond sur la prévention des risques professionnels.

Avant 2012, d’après la direction du site, les taux de fréquence et de gravité avaient des valeurs quasiment deux fois plus élevées que celles de la profession.

Avant 2012, d’après la direction du site, les taux de fréquence et de gravité avaient des valeurs quasiment deux fois plus élevées que celles de la profession.

De la clé USB à l’électroménager lourd (télévisions, machines à laver…), nos colis sont de toutes tailles et proviennent de tous horizons », explique Jean-Marc Prince, directeur du site Viapost à Saint-Quentin-Fallavier, en Isère, depuis avril 2014. Viapost, qui fait partie du pôle logistique du groupe La Poste, a connu des mutations et intégrations rapides, depuis quelques années. « Le rachat de structures importantes (Orium, Morin Logistic) en 2012 a permis la mise en place d’actions d’amélioration en termes de conditions de travail et de sécurité des personnels », poursuit le directeur du site.

La croissance exponentielle du e-commerce depuis une dizaine d’années a nécessité des recrutements, des mutations technologiques et d’infrastructures importantes… « Avec une population au travail souvent très jeune, ou bien vieillissante, et dans un contexte de marché versatile, aux évolutions parfois très rapides, il fallait à la fois tenir compte des contraintes de délais, améliorer la qualité des services rendus…, décrit Estelle Borot, responsable des ressources humaines. Et ce, tout en préservant la santé et la sécurité des opérateurs. Une équation complexe. »

D’autant que les constats concernant la prévention étaient alarmants : « On partait d’une situation difficile en termes de sinistralité des salariés, pointe Florence Le Balc'h, responsable QHSE (qualité, hygiène, sécurité, environnement). Des pistes d’amélioration ont été progressivement identifiées au niveau de l’ergonomie des postes de travail, de l’organisation des flux, de l’information et de la communication en interne sur ces sujets. Dès mon arrivée, j’ai eu beaucoup de dossiers à traiter… »

 En deux ans, le nombre d’accidents a été divisé par deux 

Avant 2012, d’après la direction du site, les taux de fréquence et de gravité avaient des valeurs quasiment deux fois plus élevées que celles de la profession. À partir de là, comment progresser et faire progresser l’ensemble du personnel tout en respectant les nouveaux modes de production et en s’y adaptant ? « Nous nous sommes vite rendu compte qu’il fallait faire évoluer la culture interne : tout en conservant des valeurs telles que la satisfaction client et la qualité de service, comment renforcer la prévention des risques professionnels, ensemble ? », questionne Estelle Borot. Encore une fois, la Carsat Rhône-Alpes et le Pil’es (Pôle d’intelligence logistique Europe du Sud) ont répondu présents.


Cinq ateliers d’amélioration

« L’adhésion au Pil’es nous a permis très rapidement de partager des expériences et des bonnes pratiques avec d’autres entreprises, qui étaient confrontées aux mêmes difficultés. Certaines avaient déjà beaucoup avancé sur le sujet. Cela nous a motivés pour faire de même », se réjouit la responsable QHSE. Il a fallu associer l’ensemble des collaborateurs, de la direction aux opérateurs, en passant par l’encadrement. « Ce qui n’est jamais acquis, c’est l’adhésion des collaborateurs, même dans des processus vertueux, qui finalement les protègent, remarque Jean-Marc Prince. D’où la nécessité de rappeler les messages de prévention des risques, souvent, à tous les niveaux de l’organisation. »

INTERVIEW

Florence Le Balc'h, responsable QHSE Viapost France
« L’atelier portant sur l’accueil et l’animation de la sécurité a été relayé en interne par la direction, les RH, l’encadrement et moi-même. Depuis 2012, les chefs d’équipe animent des "accueils sécurité" dans des espaces dédiés, à l’aide de panneaux d’affichage et du matériel pour s’exercer : cartons, transpalettes, etc., plus les outils habituels (cutters…). En 2013, des fiches de formation aux bonnes pratiques, issues du document unique, avec les mesures de prévention adaptées aux risques (surtout les TMS) sont venues compléter le dispositif. Dès l’embauche, chaque salarié suit une formation, remplit un questionnaire à choix multiples (QCM) sécurité inséré dans le dossier d’intégration, et reçoit un livret d’accueil où figurent les bonnes pratiques. »

Viapost a constitué un groupe de travail interne qui a fonctionné en cinq ateliers auxquels ont participé la Carsat et le Pil’es. L’un de ces ateliers portait sur l’ergonomie et la conception des postes et situations de travail : en 2011, un binôme (RH et méthode) a été formé chez Viapost, avec l’aide de la Carsat et du Pil’es, sur les principes généraux de prévention et sur la méthodologie, complété en 2013 par la création d’un poste spécifique au sein du service méthodes et la formation d’un collaborateur à l’ergonomie.

« Avec l’appui de ces nouvelles compétences, nous pouvons travailler de façon ciblée, en suivant une méthodologie de suivi de projets, précise Laurent Delmazure, responsable méthodes. Nous avons organisé des “chantiers d’analyse” des postes et situations de travail, en filmant les opérateurs sur leurs postes. Cela nous a permis de revoir, parfois totalement, la disposition et l’organisation de certains postes ou ensembles de postes, sur des chaînes de production par exemple. »

Les postes et lignes de production ont été entièrement repensés, reconçus en tenant compte à la fois des observations réalisées et des objectifs visés en prévention : « Nous avons filmé un opérateur sur l’ancien poste de tri. Ce dernier nécessitait de nombreuses évolutions ergonomiques relatives aux situations à risques, du point de vue des maladies professionnelles ou d’origine professionnelle liées aux manutentions manuelles : troubles musculosquelettiques, lombalgies, etc. », indique le responsable méthodes. Sur la nouvelle « unité de production logistique », « on arrive maintenant à une notion de “réseau sans pression”, où l’opérateur peut prendre n'importe quelle charge sans forcer sur son organisme », souligne Florence Le Balc'h.

DES RISQUES DIFFUS MAIS RÉELS

Bruit, vibrations, charge mentale, risques psychosociaux, horaires décalés, rythmes et cadences de travail… Tous ces risques sont présents – et parfois prégnants – dans les entrepôts logistiques. Les personnes en charge de la prévention doivent veiller à leur prise en compte dans le document unique (DU) et dans la mise en place de mesures de prévention.
En savoir plus : « La préparation des commandes en logistique : mutations technologiques et évolution des risques professionnels », Hygiène et Sécurité du Travail, janvier 2009, réf. ND 2302.

Un autre atelier avait pour thèmes l’accueil et l’animation de la sécurité. Le troisième atelier portait sur la communication, en plus des espaces et moments réservés à la prévention des risques. « Un point mensuel est fait sur les tableaux d’affichage, avec une communication thématique, liée à des événements saisonniers ou réguliers : par exemple, nous avons effectué des rappels en juin sur la sécurité dans l’utilisation et la manutention des palettes, en juillet sur le travail par fortes chaleurs », complète la responsable RH.


Arbre des causes et autres outils

Le quatrième atelier portait sur la formation et la sensibilisation de l’encadrement : « Des modules de quatre heures ont été suivis par tous nos encadrants, détaille Jean-Marc Prince. Ils comprennent notamment des rappels sur les notions d’accidents du travail, les valeurs essentielles de prévention, les données chiffrées, les moyens et consignes… » À l’issue de ce cycle, chaque membre de l’encadrement – y compris ceux des services achats, méthodes, RH et transports – a signé une charte d’engagement. Les entretiens annuels de l’encadrement disposent d’un volet dédié à la sécurité. Le service QHSE effectue des audits mensuels, dans tous les services.

Le dernier volet du travail en commun a consisté en un ensemble d’actions visant à recenser, suivre et enquêter systématiquement sur les accidents du travail (AT). Le dispositif comprend notamment un formulaire de déclaration des AT avec copie au CHSCT, des enquêtes utilisant en particulier la méthode de l’arbre des causes, des retours d’expériences. Des visites de préreprise sont organisées par le service de santé au travail. Un suivi des contre-indications, aménagements de poste, restrictions…, permet de tenir compte de l’état de santé des salariés.

En deux ans, le nombre d’accidents a été divisé par deux : « On a réussi à casser la dérive et à s'inscrire dans un processus vertueux, reprend le directeur de site. Même si nous savons bien que les progrès en termes de sécurité ne sont jamais acquis, et que le travail de fond est de longue haleine. » Un constat que résume, en guise de conclusion, le contrôleur de la Carsat Rhône-Alpes, Gilles Sospedra : « Le travail commun entre l’entreprise, le Pôle d’intelligence logistique et la Caisse régionale a permis à Viapost d’améliorer notablement le niveau de prévention. On est entrés dans une bonne démarche, avec une dynamique positive qui commence à porter ses fruits, en termes de sécurité. »

VIAPOST EN CHIFFRES (2013)

Viapost est le leader de la logistique e-commerce en France, depuis l’intégration dans le groupe La Poste des entreprises Orium et Morin Logistic en 2012. Cela permet au groupe La Poste de renforcer son offre logistique « Business to consumer » (BtoC, offre directe des entreprises aux clients) et « Business to retail » (BtoR, relations entre une entreprise et ses clients distributeurs).

● Chiffre d’affaires 2013 : 100 millions d’euros (pôle logistique au complet : 500 millions d’euros).
●  200 clients.
●  1 000 collaborateurs.
●  20 plates-formes sur 250 000 m2.

EN SAVOIR PLUS

Documents INRS
● Les TMS du membre supérieur, brochure ED 957.
● Méthode d’analyse physique de la charge de travail, brochure ED 6161.
● Manutention manuelle, aide-mémoire juridique TJ 18.

Antoine Bondéelle

Haut de page