DOSSIER

Située à Pessac, en Gironde, la plate-forme de téléopération robotisée pour les procédés industriels et le contrôle non destructif (Tropic) fait partie de CEA Tech Nouvelle-Aquitaine. Elle propose notamment aux entreprises de la région un accompagnement à la robotique collaborative.

Les entreprises font appel à nous quand elles souhaitent créer un nouveau poste de travail, mais également pour le faire évoluer, en y intégrant des robots collaboratifs aux fonctionnalités avancées. Par rapport aux équipements proposés par les fabricants, nous travaillons sur des sujets de R&D situés en amont à échéance de 6 à 18 mois  », explique Olivier Casula, responsable de la plate-forme de téléopération robotisée pour les procédés industriels et le contrôle non destructif (Tropic). Située à Pessac, en Gironde, elle est intégrée à la plate-forme de transfert technologique de CEA Tech Nouvelle-Aquitaine et a été créée en 2016 avec le soutien de la région Nouvelle-Aquitaine et de l’Union européenne.

Au sein de la plate-forme Tropic, ils sont six, ingénieurs et techniciens, spécialistes des technologies de pointe, en particulier des robots collaboratifs. « Nous coopérons avec l’ensemble de nos collègues chercheurs de CEA Tech (lire l’encadré « CEA Tech est présent sur neuf sites en France »), et notamment avec le CEA List dont nos moyens sont issus. Nous aussi, nous travaillons en mode collaboratif ! », souligne Olivier Casula. Outre leur participation à des projets de recherche communs avec des laboratoires académiques régionaux, leur expertise est mise au profit d’industriels qui projettent d’intégrer de tels systèmes en production, dans le but de protéger l’opérateur de certains risques (risques chimiques, troubles musculosquelettiques, etc.) ou d’améliorer sa performance.

LA TÉLÉOPÉRATION

La téléopération consiste à faire réaliser, dans un environnement à risque (présence de produits chimiques, de radioactivité, de poussières, etc. ou obligeant à des postures contraignantes), une action par un robot guidé par un opérateur à distance et, donc, protégé de ces risques. Initialement développée pour le secteur nucléaire par le CEA dans les années 1970, elle est aujourd’hui pertinente dans d’autres industries-aéronautique et spatiale, la santé, l’automobile, l’agroalimentaire, etc.

Environ un tiers des projets concerne la robotique collaborative, un autre la téléopération et le dernier tiers concerne des opérations de contrôle. Dans les deux premiers cas, l’amélioration des conditions de travail est à l’origine de la démarche. « Les spécialistes de la prévention – CHSCT, service de santé au travail, ergonome, préventeur de l’entreprise, etc. – sont intégrés au projet, détaille-t-il. Tout comme les opérateurs concernés car ils sont experts dans l’utilisation de leurs outils et du procédé. Cela permet de croiser les regards. »

Des tests en entreprise

Quand ils sont sollicités par une entreprise, les experts de CEA Tech se déplacent pour observer et filmer l’opérateur à son poste de travail. Objectif : utiliser l’expertise de CEA Tech en simulation, afin de réaliser une maquette numérique du poste de travail, permettant le développement du projet par l’équipe sur la plate-forme Tropic. Les lignes de production ne sont ainsi pas perturbées et l’environnement de travail autour de l’outil en développement peut être simulé sur la plate-forme, en utilisant par exemple la réalité virtuelle. « Cela permet aussi d’intégrer au projet une réflexion sur l’ergonomie du futur poste : quelle place a l’opérateur, quelle position, etc. ? », précise Olivier Casula.

Aux principales étapes du projet, les opérateurs du partenaire industriel peuvent venir sur le site de Tropic pour tester la solution robotique et proposer des améliorations. Quand la solution développée est validée, le prototype peut être testé en entreprise, avant d’être industrialisé. « Des entreprises de toutes tailles, de la TPE aux grands groupes, et de tous secteurs industriels, font appel à nous, constate le responsable de Tropic. Étant donné notre implantation en Nouvelle-Aquitaine, certains secteurs comme l’aéronautique sont davantage représentés. »

CEA TECH EST PRÉSENT SUR NEUF SITES EN FRANCE

Au-delà des trois instituts fondateurs situés en régions Ile-de-France (List) et Rhône-Alpes-Auvergne (Leti et Liten), CEA Tech a implanté des plates-formes régionales de transfert technologique dans six autres régions (Nouvelle-Aquitaine, Occitanie, Nord-Pas-de-Calais, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Pays-de-la-Loire, Grand-Est), assurant ainsi un maillage du territoire national afin d’être au plus près des entreprises.

Katia Delaval

Haut de page