DOSSIER

Le centre éducatif Anjorrant, à Nantes, possède une crèche interne qui a fait l’objet de divers aménagements. L’acquisition d’équipements a contribué à améliorer le quotidien des auxiliaires de puériculture.

La pénibilité au travail et les RPS sont montrés du doigt lors de la phase de diagnostic.

La pénibilité au travail et les RPS sont montrés du doigt lors de la phase de diagnostic.

Dans la pièce lumineuse, parmi le mobilier coloré, une dizaine de bambins s’amusent au milieu du parc de jeux. Auprès d’eux, deux auxiliaires de puériculture s’activent et organisent l’activité des enfants. Malgré les cris aigus inévitables, l’ambiance sonore reste relativement feutrée. La crèche du centre éducatif Anjorrant, à Nantes, en Loire-Atlantique, a en effet récemment fait l’objet de divers aménagements, parmi lesquels l’installation d’un plafond anti-bruit atténuant les pics des cris stridents.

LE CENTRE ÉDUCATIF ANJORRANT

L’établissement est une association loi 1901 dont la mission est la prise en charge et l’accompagnement de mères adolescentes et de leurs enfants dans le cadre de la protection de l’enfance. Fonctionnant avec un budget de trois millions d’euros par an, le centre est financé essentiellement par les conseils généraux et, en marge, par le ministère de la Justice. Son agrément est national, il accueille des jeunes filles provenant de toute la France. Deux modes d’hébergement et de prise en charge éducative y sont proposés : logement dans le centre (18 places) ou dans des logements en ville (16 places en extérieur).

« Dans le cadre de la maîtrise médicalisée en établissement, associant la Caisse primaire, le service médical régional de l’Assurance maladie et la Carsat, nous avons démarché le centre Anjorrant en 2012, relate Hervé Grelier, contrôleur de sécurité à la Carsat des Pays-de-la-Loire. C’était pour nous un projet inédit, très original. » Cette prise de contact tombe à point nommé. « Nos statistiques à l’époque n’étaient pas bonnes, explique Dominique Moulet, directeur de l’établissement. Sur cinq licenciements, quatre résultaient d’inaptitudes physiques (tous métiers confondus). La moyenne d’âge de l’effectif était alors de 49 ans, le taux d’absentéisme de l’ordre de 17 %. Les arrêts maladie désorganisaient très vite le service et se reportaient sur le reste du personnel. »
 

Pénibilité et risques psychosociaux

Le centre Anjorrant a pour mission la prise en charge et l’accompagnement de mères adolescentes et de leurs enfants. Il possède un agrément pour accueillir 27 enfants et 33 mères, certaines venant terminer leur grossesse au centre. Les jeunes mères ont entre 16 et 20 ans, les enfants jusqu’à 2 ans et demi. Le centre emploie au total une soixantaine de personnes, totalisant 48 équivalents temps-plein, représentant 19 métiers. La crèche de l’établissement emploie une douzaine de personnes. Dans un tel contexte, les discussions ont abouti à la proposition d’un contrat de prévention pour améliorer les conditions de travail des salariés. Parmi les services en première ligne, la crèche et les auxiliaires de puériculture qui y travaillent. Le directeur adhère instantanément au projet.

Un diagnostic met alors en évidence deux axes d’action prioritaires, la pénibilité au travail et les risques psychosociaux : ports de charges, nuisances sonores, plannings irréguliers… Les personnes travaillant dans les métiers de la petite enfance sont le plus souvent exposées à des troubles musculosquelettiques (lombalgies, tendinites de l’épaule et du coude, douleurs sciatiques). Ceux-ci résultent du port et de la manipulation répétés des enfants. Les risques d’ordre psychologique et psychosocial sont principalement liés aux contraintes organisationnelles, aux nuisances sonores, au surinvestissement du personnel dans sa mission et aux possibles difficultés relationnelles avec les parents. Le centre Anjorrant n’échappait pas à ces contraintes : l’organisation du lieu de travail et la vétusté de certains équipements généraient de la fatigue et exposaient à une usure professionnelle prématurée.

EXISTENCE D’UN CHSCT

Bien qu’il ne soit pas soumis à l’obligation réglementaire, le centre Anjorrant possède un CHSCT. « Nous sommes très satisfaits de cette instance, décrit Dominique Moulet, directeur. Cela structure les échanges sur les questions de conditions de travail. » La mise à disposition récente d’un registre des accidents du travail bénins permet par ailleurs de recenser tous les accidents. « C’est utile auprès de salariés très investis qui hésitaient à déclarer un accident. »

Le contrat de prévention a porté sur l’acquisition de divers équipements. Trente lits surélevés avec barrière verrouillable et déverrouillable d’une main ont été achetés. Grâce à leurs sommiers ajustables en hauteur, ils permettent de coucher et lever les enfants sans que les auxiliaires de puériculture aient trop à se pencher. Deux fauteuils biberon avec repose-pieds et accoudoir à hauteur aident les auxiliaires de puériculture à nourrir les nourrissons en limitant la sollicitation des bras. Les tables à langer ont été équipées d’escabeaux pour permettre aux enfants les plus grands, qui peuvent peser jusqu’à 17 kg, de monter et descendre eux-mêmes de la table sans que les salariées aient à les porter. Enfin, en matière d’environnement de travail, des luminaires avec déflecteurs et un faux-plafond absorbant ont été installés. Les cris des enfants pouvaient en effet atteindre les 125 dB(A) une trentaine de fois par jour. « Nous avons été impressionnées par les résultats obtenus grâce aux plafonds absorbants », constate Corine Lair, auxiliaire de puériculture.
 

Personnel investi

« Au début, dans les esprits, les lits ajustables en hauteur étaient plus associés au milieu hospitalier, se souvient Dominique Moulet. Il a pu y avoir quelques réticences car ça ne répondait pas à notre culture institutionnelle. » Mais ensuite dans les pratiques, tout le monde a très vite accepté ces nouveautés. Ces acquisitions ont été réalisées dans le cadre d’un réaménagement plus large incluant la crèche et la cuisine. Le coût de 50 000 euros a été financé en grande partie par le budget du centre et avec la subvention de la Carsat. « Tous ces aménagements ont largement contribué à améliorer les conditions de travail », résume Isabelle Villquin, chef de service.

Une formation Prap (prévention des risques liés à l’activité physique) a également été délivrée au personnel par le service de santé au travail de la région nantaise. Les auxiliaires de puériculture ont désormais une autre approche des problématiques dites de gestes et postures. Au total, 24 personnes, auxiliaires de puériculture mais également le personnel de nuit et de la cuisine, ont pu suivre la formation. Cette action a conforté le directeur du centre dans sa conviction que les conditions de travail constituent une responsabilité sociale. « Il est même allé au-delà du plan de prévention, puisqu’une salle de jeu a également ensuite fait l’objet d’un traitement acoustique », conclut Hervé Grelier.

LES MÉTIERS DE LA PETITE ENFANCE

Les métiers de la puériculture et de la petite enfance emploient de nombreuses salariées dans les nurseries des maternités, les pouponnières, les crèches, les garderies, les centres de protection maternelle et infantile et à domicile. Celles-ci dispensent des soins de bien-être et de confort aux enfants et aux mamans, et ont également un rôle éducatif et préventif. Les métiers concernés sont les puéricultrices, les auxiliaires de puériculture et les assistantes maternelles.
Les contraintes physiques chez les auxilliaires de puériculture sont de différents ordres : port répété des enfants, soins aux bébés, rangement d’objets au sol, postures contraignantes impliquant de se pencher ou s’accroupir pour être à hauteur des enfants. La station debout prolongée peut également exposer à des troubles circulatoires et veineux. Les troubles vocaux ne sont pas rares dans ces professions, ni les chutes de plain-pied, liées aux sols glissants ou aux jouets traînant au sol. À lire également, le dossier sur la petite enfance, paru dans travail & Sécurité n°736, de février 2013.

Céline Ravallec

Haut de page