DOSSIER

© Philippe Castano pour l’INRS

Sur le site BASF de Saint-Aubin-lès-Elbeuf, en Seine-Maritime, le risque de chute de hauteur est pris très au sérieux, notamment pour les opérations en dôme de citerne. Une passerelle d’un nouveau genre, conçue par Pacquet Solutions d’Empotage, vient renforcer ses actions pour prévenir ce risque.

Si la passerelle semble bien le meilleur équipement pour atteindre en sécurité le dôme des citernes, il faut néanmoins qu’elle soit adaptable aux différents formats rencontrés.

Si la passerelle semble bien le meilleur équipement pour atteindre en sécurité le dôme des citernes, il faut néanmoins qu’elle soit adaptable aux différents formats rencontrés.

Le site BASF de Saint-Aubin-lès-Elbeuf, près de Rouen, produit des pesticides et des fongicides. Il est classé Seveso seuil haut. La prévention des risques chimiques et des incendies/explosions est donc bien évidemment au cœur de sa politique de sécurité. Ce qui ne l’empêche pas de se pencher sur d’autres problématiques. « Le risque de chute de hauteur est l’une de nos préoccupations les plus fortes, affirme Bruno Gillet, responsable bureau d’études du site. Il est notamment présent au cours des opérations de dépotage, qui nécessitent de grimper sur les citernes des camions pour effectuer le transvasement des produits chimiques dans nos cuves. »

De nouvelles passerelles

Les règles instaurées par BASF sont simples : il est interdit de monter sur les citernes en utilisant les échelles et les garde-corps dont elles sont équipées. Encore faut-il trouver une alternative. La généralisation de passerelles à abattant, il y a quelques années, au niveau du groupe, n’a pas donné entière satisfaction. Aucune chute n’a été déplorée à Saint-Aubin-lès-Elbeuf, mais plusieurs incidents ou accidents par an ont eu lieu au sein d’autres sites et la maison mère a demandé à ses usines de pousser plus loin la réflexion.

Les passerelles semblaient pourtant une bonne piste. Mais les modèles existants ne sont pas toujours compatibles avec les différentes dimensions de citernes. Selon la taille de ces dernières, soit les passerelles, en s’abaissant selon un mouvement circulaire, se retrouvent mal positionnées, soit elles ne peuvent les atteindre et laissent apparaître des zones de chute potentielle. Dans certains cas, les opérateurs doivent s’équiper de harnais. « Devoir utiliser des protections individuelles alors que l’on a mis en place une solution de prévention collective démontre bien que cette dernière n’est pas satisfaisante », souligne Bruno Gillet.

Et justement, répondre aux véritables besoins du terrain est le credo de l’entreprise Pacquet Solutions d’Empotage. Installée dans les Hauts-de-France, elle a mis sur le marché en 2013 une  nouvelle passerelle. « Nous nous appuyons sur le retour d’expérience de nos clients issus du monde de l’industrie pour leur proposer du sur-mesure en phase avec leurs installations et leurs process », explique Éric Miné, directeur de Pacquet.

D’un point de vue technique, cette passerelle nouvelle génération s’adapte aux spécificités des citernes grâce à un mouvement non plus circulaire mais d’élévation, auquel s’ajoutent des possibilités d’inclinaison et de déplacements latéraux. Trois passerelles sont aujourd’hui en fonctionnement sur le site de Saint-Aubin-lès-Elbeuf, quatre y seront installées en 2018, et seize autres équipent déjà les établissements de Toulouse, Meaux et Gravelines.

En revanche, il est important de rappeler que cet équipement est exclusivement destiné à lutter contre les chutes de hauteur. Dans le protocole de sécurité, il sera pris comme tel pour
les opérations de chargement-déchargement.

S’ADAPTER AUX BESOINS

C’est à la suite du rachat, en 2007, d’un concepteur de passerelles que Pacquet Solutions d’Empotage (PSE) a repensé la mise en sécurité des personnels en dôme de citerne. L’entreprise décide de développer un équipement de protection collective qui réponde aux impératifs de prévention des chutes de hauteur. Si le principe de base est de remplacer le mouvement circulaire des dispositifs à abattant par un déplacement vertical, PSE souhaite adapter parfaitement son produit aux besoins de ses clients. « Nous avons un ensemble de pièces et d’équipements dits standard que l’on assemble, tel un meccano ou un lego géant, en fonction des contraintes du terrain », explique Éric Miné, le directeur de Pacquet. Une fois les plans réalisés, le prémontage est effectué en atelier avant l’installation chez le client. L’entreprise assure également la formation à l’utilisation de l’équipement. Les personnels qui accèdent en dôme de citerne peuvent ainsi travailler en toute sécurité.

Damien Larroque

Haut de page