ACTUALITÉS

© Jena/pixabay

© Jena/pixabay

Cela faisait 20 ans que la Fédération française des diabétiques se battait pour lever l’interdiction faite aux personnes atteintes de cette pathologie d’occuper des postes d’hôtesse de l’air, de pompier, de conducteur de train ou de policier, par exemple. La publication, le 6 décembre dernier, de la loi relative « aux restrictions d’accès à certaines professions en raison de l’état de santé » est donc une belle victoire. 
Élargi à l’ensemble des maladies chroniques, le texte prévoit en effet la mise en place pour trois ans d’un comité intégrant « des représentants d’associations de personnes malades ou d’usagers du système de santé » dont l’objectif sera de « favoriser l’égal accès au marché du travail et aux formations professionnelles de toute personne, quel que soit son état de santé. Il veille à ce que les personnes atteintes de maladies chroniques aient, en l’absence de motif impérieux de sécurité et de risque pour leur santé, accès à toutes les professions ». 
Pour ce faire, il devra recenser, évaluer et actualiser les « textes nationaux ou internationaux relatifs à l’accès à une formation ou à un emploi des personnes atteintes d’une maladie chronique ». Lorsque l’accès à une formation ou un emploi nécessite des conditions de santé particulières, la nouvelle loi précise que l’évaluation médicale devra être individualisée et prendre en compte les traitements existants et des compensations envisageables en cas de handicap. 

Damien Larroque

Haut de page