DOSSIER

Françoise Molegnana est cheffe de projet au sein d’Auvergne-Rhône-Alpes Gourmand, dont une des missions est le développement et la promotion des entreprises de l’agroalimentaire dans la région. Elle mène depuis 2009, en collaboration avec la Carsat Rhône-Alpes, des actions visant à améliorer les conditions de travail des salariés du secteur.

Travail & Sécurité. Quel lien faites-vous entre performance des entreprises de l’agroalimentaire et amélioration des conditions de travail ?
Françoise Molegnana.
  Pendant presque 15 ans, j’ai piloté des actions sur la qualité et la sécurité alimentaire qui m’ont amenée à visiter de nombreuses entreprises. J’ai pu mesurer la marge de progression qui existait en matière de conditions de travail. Améliorer ces dernières pour protéger la santé des salariés m’est apparu comme un levier puissant pour gagner en compétitivité et en attractivité. Je me suis donc rapprochée de la Carsat Rhône-Alpes en 2009. Contre les troubles musculosquelettiques (TMS), nous avons lancé ensemble le programme « Santé et performance » et des formations actions « TMS Pros Agro » qui ont bénéficié à ce jour à plus de 80 entreprises.

En quoi cela consiste-t-il ?
F. M. 
Il s’agit d’actions collectives avec des groupes de travail composés d’une dizaine d’entreprises de tailles et d’organisations différentes. La Carsat les mobilise sur la base de leur sinistralité tandis que je cherche des volontaires parmi nos adhérents. En mélangeant des structures plus ou moins matures en pré­vention, les moins avancées sont tirées vers le haut et toutes bénéficient de retours d’expériences partagées. Sur un an et demi, nous organisons généralement cinq réunions pour que les représentants des différentes entreprises (dirigeants, ressources humaines, préventeurs, responsables de production…) échangent autour d’études de cas réels auxquels ils sont confrontés. Ils peuvent ainsi acquérir des compétences en matière de méthodologie et de technique qui contribuent à l’émergence de solutions de prévention au sein de leur propre entreprise. Pour mener à bien cette tâche, ils s’appuient sur les ressources mises à disposition par la Carsat et peuvent compter sur l’expertise d’ergonomes qui suivent l’avancée des projets et les aiguillent. Face au succès de la formule, nous avons lancé en 2020 sur le même modèle un programme « Lean et santé ».

Le genre des travailleurs est-il un indicateur de différenciation en matière de conditions de travail ?
F. M. 
En région Auvergne-Rhône-Alpes, les entreprises de l’agro­alimentaire emploient 56 % d’hommes pour 44 % de femmes. Des pourcentages qui s’inversent lorsque l’on regarde les chiffres des maladies professionnelles, ce qui montre que les femmes sont plus touchées par les TMS et ceci depuis plusieurs années. Cela s’explique par le fait qu’elles occupent majoritairement des postes qui imposent des gestes répétitifs à fréquence élevée, qui sont paradoxalement qualifiés par certains de « doux ». Elles évoluent plus rarement vers des postes moins sollicitants…

Comment faire bénéficier équitablement tous les salariés de mesures de prévention ?
F. M.
Confrontées à de grandes difficultés de recrutement, les entreprises prennent conscience de ces inégalités et la tendance est déjà en train de changer. Il serait néanmoins intéressant que les chiffres de sinistralité soient plus fréquemment analysés sous l’angle du genre. Il faut aussi pousser les entreprises à évaluer les risques sur les postes faussement « doux », bombes à retardement de TMS, et à ne pas se focaliser que sur ceux à contraintes visibles. Enfin, en dépit des progrès, il est également essentiel de mieux outiller les RH car leur rôle central en matière de recrutement, d’accueil, de formation ou de reclassement est de toute évidence un levier en matière d’attractivité et d’amélioration des conditions de travail. 

DE LA RECHERCHE DE PERFORMANCE À LA PRÉVENTION

« Auvergne-Rhône-Alpes Gourmand est une association qui a pour objectifs principaux
la valorisation des produits, des pratiques, des savoir-faire, des métiers, de la performance des organisations… L’une de nos missions étant de contribuer au développement des entreprises, il est légitime que nous nous soyons intéressés aux conditions de travail. Comment être performant si l’on n’arrive plus à recruter et à fidéliser ? Pour convaincre les professionnels du secteur agroalimentaire de se lancer dans une démarche de prévention durable, je mets en avant les bénéfices qu’ils peuvent en retirer : performance mais aussi attractivité. Notre approche est complémentaire de celle de la Carsat qui sensibilise par le prisme des risques. Ce qui explique la réussite des actions collectives que nous montons ensemble. Pour moi, c’est gagné si, une fois le programme fini, les entreprises continuent à intégrer l’amélioration des conditions de travail dans leur fonctionnement et à échanger entre elles. Cela dénote l’instauration d’une véritable culture de prévention », affirme Françoise Molegnana.

Damien Larroque

Haut de page