© Philippe Castano pour l’INRS

LA RESTAURATION COLLECTIVE

Professionnels du secteur, donneurs d’ordres responsables des locaux de travail, équipementiers… c’est toute la chaîne des intervenants de l’activité de restauration collective qui semble avoir pris conscience de l’inquiétante sinistralité que connaît le secteur. Reste à mettre en œuvre les bonnes solutions.

Cantines scolaires, restaurants d’entreprises, préparation des repas pour les hôpitaux… la restauration collective représente aujourd’hui près de 50 % des repas pris hors domicile. Avec un indice de fréquence supérieur à celui du BTP et une augmentation durable du nombre de maladies professionnelles reconnues, l’activité connaît une sinistralité préoccupante. Manutentions manuelles, glissades et chutes de plain-pied, blessures avec outils sont les principaux risques d’accidents rencontrés dans le secteur. Mais ce qui s’avère inquiétant, c’est surtout l’augmentation du nombre de troubles musculosquelettiques (tableau 57), qui constituent les maladies professionnelles les plus répandues du secteur. (…)

Partager |
Haut de page