Ce site est édité par l'INRS
Aménagement de locaux

Conditions de travail : il n’est jamais trop tard pour bien faire

En réaction à des conditions de travail pénibles, notamment liées à l’augmentation de son activité, le distributeur Burgey Boissons a quitté des locaux trop petits pour s’installer dans un nouveau bâtiment dont la taille et l’équipement ont été définis avec la Carsat Bourgogne-Franche-Comté. Un nouveau départ qui a fait de la prévention une valeur cardinale de l’entreprise.

5 minutes de lecture
Damien Larroque - 19/01/2024
Lien copié
Un salarié de l'entreprise Burgey Boissons utilise un chariot à mât rétractable.

Dire que Burgey Boissons trouve ses racines dans la terre de Haute-Saône peut difficilement être plus proche de la réalité. C’est en effet dans le négoce de pommes de terre qu’évoluait à l’origine cette entreprise créée en 1899 par un aïeul de François Burgey et Emmanuel Didier, les actuels dirigeants. « Notre grand-père est passé du commerce de la patate à celui du vin en fûts, et mon père et ses frères ont diversifié l’offre de boissons », relate François qui a fait passer l’effectif de l’affaire familiale de 6 à 35 salariés entre 1988 et aujourd’hui. Un accroissement de l’activité qui a nécessité de repenser les locaux et les équipements, tout en améliorant les conditions de travail des salariés.

« Mon fils Antoine reprend progressivement les rênes », tient-il à préciser, fier de voir la cinquième génération de Burgey accéder aux responsabilités. Si l’entreprise possède trois caves de vente directe et loue des tireuses à bière ainsi que des machines à café, son cœur de métier reste la distribution de vins, spiritueux, bières, sodas, eaux, jus de fruit et autres sirops. Sa flotte, qui se compose de deux camions de 3,5 tonnes et de neuf poids lourds, sillonne ainsi les routes de la Haute-Saône et des départements limitrophes pour livrer professionnels de la restauration, mais aussi associations et, dans une moindre mesure, particuliers.

« Devenus trop exigus, nos locaux de Baudoncourt ne permettaient plus de stocker la marchandise de façon rationnelle, ce qui rendait le travail fastidieux et dangereux, confie François Burgey. Nous avons donc décidé de construire un nouvel entrepôt. » Pour éviter les erreurs et leurs conséquences sur les conditions de travail, le dirigeant se rapproche, en 2016, de la Carsat Bourgogne-Franche-Comté. « J’ai apporté notre savoir-faire pour faire les bons choix organisationnels et de matériels, considère Fabrice Baretti, contrôleur de sécurité à la Caisse. Nous avons signé par la suite deux contrats de prévention. Le premier a subventionné en partie des équipements lors de l’installation sur son nouveau site. Le second, datant de 2022, a accompagné l’installation d’une extension de 360 m2. »

Réduction de la distance quotidienne

Construit sur la commune de Saint-Sauveur en 2017, le nouveau bâtiment change radicalement le quotidien des équipes. Les 2 000 m2 d’entrepôt rationalisent le rangement et les flux : espace de circulation adapté aux chariots, marquage au sol des voies piétonnes, zones dédiées à la préparation des commandes jouxtant celles du chargement des véhicules, mezzanine équipée d’une barrière écluse, stockage des références à forte rotation sur les étages les plus bas des racks…

De quoi faciliter et sécuriser les opérations de réassort comme de picking. D’autant que différents types d’engins sont à disposition, comme un transpalette et deux préparateurs de commandes à conducteur porté qui réduisent la distance quotidienne parcourue à pied par les salariés. « Et avec le chariot à mât rétractable, nous atteignons en toute stabilité les palettes rangées le plus en hauteur. Il est aussi capable de pivoter sur lui-même, ce qui facilite les manœuvres », s’enthousiasme Fabien Berquand, préparateur de commandes.

Une salarié de l'entreprise Burgey Boissons utilise un transpalette à fourches courtes.

Un autre engin, équipé d’une plateforme solidaire de sa fourche, permet de s’élever juste assez pour atteindre des packs sans lever les bras au-dessus des épaules. « Cela évite les courbatures que nous aviosn tendance à prévenir en montant sur une caisse de bière au risque de passer au travers », confie Jérémy Foyer, opérateur polyvalent. Quant au chargement des camions, il est plus sûr grâce aux quatre quais munis de ponts niveleurs et d’auvents pour protéger les salariés des intempéries. Une opération qui se faisait autrefois manuellement, le véhicule garé au bord d’une route départementale, ajoutant aux risques liés à la manutention ceux liés à la circulation automobile.

La sécurité en tournée

« En matière de sécurité, Burgey Boissons a changé de dimension et s’inscrit dans une démarche globale, estime Fabrice Baretti. Preuve en est sa volonté d’améliorer les conditions de travail de ses chauffeurs-livreurs chez ses clients. » Dans cette optique, des transpalettes à fourches courtes ont été acquis. Grâce à leur petit gabarit, ils peuvent être embarqués dans les camions. « Lorsque les locaux permettent de s’en servir, on n’a plus à porter du tout puisque les véhicules sont tous équipés de hayons, indique Jérémy Foyer. Mais c’est loin d’être possible partout. Nous devons encore descendre des fûts par des escaliers étroits… » Une fiche d’identification des risques, remplie avec chaque nouveau client, permet de repérer ce type de contraintes. Si leur demander d’investir dans un monte-charge reste délicat, certains d’entre eux ont installé des rampes d’accès à leurs locaux, voire à leurs sous-sols.

4 millions de bouteilles sont livrées annuellement par Burgey Boissons à ses clients.

« Aujourd’hui, quand on identifie un risque, on ne le glisse pas sous le tapis, affirme François Burgey. Si on ne peut pas le résoudre immédiatement, on cherche une solution. Et lorsque la charge de travail et la situation financière le permettent, on agit. » C’est grâce à cette philosophie que l’extension de 2022 a vu le jour et que la construction d’un second bâtiment à Saint-Sauveur est à venir. Il remplacera l’entrepôt historique encore utilisé et évitera les trajets entre les sites de façon à réduire le risque routier.

FICHE D'IDENTITÉ

Nom : Burgey Boissons

Lieu : Saint-Sauveur (Haute-Saône)

Activité : distribution de boissons

Flotte : 11 camions (deux 3,5 tonnes et neuf poids lourds)

Superficie de l'entrepôt : 2 300 m2

Effectif : 35 salariés

Chiffre d’affaires : 10 millions d’euros.

Partager l'article
Lien copié
Sur le même sujet

À lire aussi