Ce site est édité par l'INRS
Messagerie

Des quais de chargement refaits, ça change tout

Chaque jour, des bateaux arrivent dans le port d’Ajaccio remplis de marchandises à livrer rapidement sur l’île. L’entreprise Corsefret Sud, qui assure une partie de ces rotations, a entièrement réaménagé les quais de déchargement et chargement de son site de Tavaco où transitent quotidiennement des tonnes de colis. Avec, à la clé, de meilleures conditions de travail et un gain de productivité.

5 minutes de lecture
Delphine Vaudoux - 15/01/2024
Lien copié
Vue des quais de chargement de l'entreprise Corsefret Sud.

7 heures du matin. Tavaco, sur l’Île de Beauté. À une trentaine de kilomètres de la préfecture de la Corse-du-sud, l’activité de Corsefret Sud, une société de transport de marchandises – aussi appelée « messagerie » dans le jargon professionnel –, bat son plein. Comme tous les jours, des camions livrent des colis, du simple carton à la machine agricole. Arrivés par bateau le matin, ils sont ensuite dispatchés par Corsefret Sud dans la région du grand Ajaccio. Tout semble parfaitement orchestré pour livrer au plus vite les destinataires finaux. L’entreprise et le propriétaire des locaux ont réalisé un important travail, avec l’aide de la Carsat Sud-Est, pour offrir aux équipes des conditions de travail optimales.

« C’est un carré !, lance, pour décrire l’entrepôt situé à Tavaco, Guillaume Vervoitte, le directeur de l’agence Corsefret Sud. Alors que pour notre activité nous aurions besoin d’un rectangle… » Le carré en question fait 3 000 m2 et a été construit il y a dix ans. À son arrivée à son poste, en 2018, Guillaume Vervoitte a tout de suite identifié les défauts du bâtiment pour l’activité de messagerie et les risques professionnels qu’il présentait. « Nous étions en présence de trois grands types de risques, confirme Jean-Claude Stefani, ingénieur-conseil à la Carsat Sud-Est, qui reprend le management de l’équipe de la Corse la même année. Un risque de chute du personnel quand il n’y avait pas de camion à quai, un risque de départ intempestif de camion, avec risque de chute là encore, et, enfin, un risque d’écrasement lors des manœuvres. »

L’activité de cette messagerie est liée à l’arrivée des bateaux à Ajaccio. La journée débute par la reprise des colis qui n’ont pu être livrés la veille. Les chauffeurs et chefs de quais s’activent pour charger, à l’aide de transpalettes électriques à conducteur accompagnant ou porté, les cartons, pneus et autres motos qui ont été parfaitement ordonnancés au centre de l’entrepôt. Les camions – des 14 tonnes, des 19 tonnes, des 20 m3 ou encore des plateaux – sont à quai pour charger les colis.

Des travaux pour améliorer la sécurité

Les quais sont désormais tous dotés de barrières asservies aux quais niveleurs et aux départs des camions. « Le chauffeur ne peut pas démarrer si le quai niveleur n’est pas relevé et si le feu n’est pas passé au vert », précise le directeur de l’agence. Certains quais sont à présent continus. Ceux qui ne le sont pas sont dotés de garde-corps latéraux afin d’éviter les chutes, et tous ont désormais une zone de sauvegarde de 50 cm.

« Ceci est le résultat d’une réflexion qui a débuté en 2018, explique Jean-Claude Stefani. J’avais déjà travaillé sur le même sujet avec le groupe Transcausse, dont fait partie Corsefret Sud, à Marseille. C’est d’ailleurs le même fournisseur qui a été choisi, ce qui a facilité les échanges. » Même si Guillaume Vervoitte, depuis son arrivée, n’a eu à déplorer que deux accidents bénins, il précise qu’il était toutefois nécessaire d’effectuer des travaux pour améliorer la sécurité.

300 000 € ont été investis dans les travaux de rénovation des quais qui ont été réalisés en février et mars 2023.

Mais encore fallait-il mettre autour de la table Corsefret Sud, le propriétaire des locaux et la Carsat Sud-Est. Après discussion et choix du fournisseur, les travaux seront réalisés en février et mars 2023, alors que l’activité est au plus bas, pour un montant de 300 000 €. Ceux-ci seront répartis entre le propriétaire du bâtiment et l’entreprise de messagerie, la Carsat apportant une part d’aide financière et des conseils qui s’appuient sur son solide retour d’expérience de mise en sécurité des quais depuis plus de huit ans.

8 heures, les premiers camions ayant récupéré les marchandises des bateaux en provenance du continent commencent à arriver. Il faut faire vite, car certains colis doivent être livrés avant midi, la marchandise n’étant jamais stockée plus de 72 heures à Tavaco. 27  personnes travaillent sur le site, pour Corsefret Sud, dont 18 chauffeurs. Côté déchargement, les portes, avant les travaux, étaient assez larges pour permettre à deux remorques de se mettre à quai ensemble, sur la même porte. Une aberration car entre chaque camion, l’espace était particulièrement étroit (moins de 50 cm) et les chauffeurs risquaient à tout moment de se faire écraser.

Des niveleurs motorisés

« On a fait un peu de maçonnerie, précise le directeur de l’agence, et redéfini l’emplacement des portes… nous sommes ainsi passés de deux emplacements de remorques par porte à une seule place par porte, tout en créant deux nouvelles portes. Ces dernières sont équipées de rideaux motorisés et de hublots. Leur nouvelle largeur permet de décharger aisément des motos, alors qu’avant, c’était complexe . » Les quais peuvent accueillir des 10 tonnes, indispensable quand il s’agit de réceptionner des tracteurs agricoles.

Des butoirs et des guide-roues facilitent le positionnement des camions ou des remorques. « Le chauffeur peut positionner son véhicule seul, alors qu’avant il fallait le guider. De plus, le chauffeur sait si le quai est monté ou baissé grâce à un signal. Il y a des capteurs au niveau du quai : si la remorque est mal installée, le quai ne se baisse pas », précise Thomas Casolari, responsable des chauffeurs. Tous les types de camions peuvent être accueillis en toute sécurité.

Vue d'un déchargement de camion depuis les quais de chargement.

Un emplacement a également été prévu pour mettre en place, si nécessaire, une chandelle de sécurité, pour éviter que la remorque ne bascule lorsque le chariot progresse à l’intérieur. Désormais, des niveleurs motorisés se déploient lorsque les camions ou les remorques sont à quai. « Un vrai plus qui nous change la vie, souligne Bilel El Mathloutchi, un manutentionnaire. Car avant, il fallait déplacer à la main des plaques assez lourdes pour réaliser la jonction entre le quai et le camion. » Le responsable des chauffeurs renchérit : « Sans parler du bruit que cela faisait lorsque l’on devait déplacer les plaques métalliques… et du gain de productivité que l’on observe. »

La Carsat Sud-Est a accompagné l’entreprise pour la rénovation des nouveaux quais, avec la signature d’un contrat de prévention. « On voit souvent des entreprises investir dans deux quais, souligne Jean-Claude Stefani, beaucoup plus rarement dans leur totalité (huit quais de déchargement et autant de chargement). Il a fallu ici un engagement fort de la direction car cela représente un coût important. » Un coût qui, de l’avis de tous, aurait pu être nettement moins important si ces aménagements avaient été pensés dès la conception.

FICHE D'IDENTITÉ

Nom : Corsefret Sud

Activité : messagerie de colis arrivant par bateau à Ajaccio

Effectif : 27 personnes dont 18 chauffeurs.

Partager l'article
Lien copié
Sur le même sujet

À lire aussi