Ce site est édité par l'INRS
La chaîne logistique

La logistique de chantier assure la continuité dans la chaîne de construction

Dans le secteur du BTP, avoir recours à une entreprise de logistique contribue à fluidifier l’activité en coordonnant les différents acteurs. Cela se traduit notamment par une meilleure planification des livraisons, un ajustement des volumes, ce qui réduit la coactivité ou encore les risques liés aux manutentions.

5 minutes de lecture
Céline Ravallec - 30/01/2024
Lien copié
Aperçu de l'outil informatique de gestion des stocks.

Il fait encore nuit noire en ce matin de décembre, lorsque débute l’activité sur la plate-forme de l’entreprise de logistique Idéa, à Carvin, dans le Pas-de-Calais. Trois camions sont successivement chargés d’éléments qui vont servir à un programme de rénovation énergétique d’habitations sur plusieurs communes du Pas-de-Calais. « Tous les matins, les livraisons commencent à 7 heures », explique Clément Caron, responsable de la plate-forme logistique. Certains repasseront en deuxième partie de matinée pour embarquer un nouveau chargement.

Située à proximité de l’autoroute A1, cette plate-forme sert de base déportée à l’entreprise de logistique pour alimenter les cinq cités du bassin minier qui font l’objet de ce programme immobilier. Il s’agit de la rénovation énergétique de logements sociaux programmée sur trois ans : remplacement des portes, des fenêtres et des toitures, pose de bardages extérieurs, renouvellement des salles d’eau et toilettes de 1 400 maisons, qui demeurent occupées durant les travaux.

Le cariste charge un premier camion plateau porteur avec grue embarquée. Celle-ci servira à décharger le matériel à l’arrivée devant chaque logement. Sur le plateau est également sanglé un outil spécial, une double fourche qui facilitera la dépose des palettes sur site. « On ne pourrait pas faire sans », témoigne le chauffeur. Un équipement demandé par Idéa. Car chaque maison possède un jardinet qui permet de stocker temporairement le matériel, mais dont l’accès reste restreint et l’espace exigu.

Le logisticien fait le lien entre les différents intervenants

Un projet d’une telle ampleur fait appel à de multiples acteurs : donneur d’ordres, entreprise générale, artisans, transporteurs, fournisseurs, sous-traitants, entreprise de recyclage des déchets… Le logisticien est au carrefour de ces intervenants et en quelque sorte le chef d’orchestre qui les coordonne et donne le tempo. Y faire appel dans une telle opération contribue à améliorer les flux de matériels, de véhicules, et simplifie l’organisation du travail sur les différents sites. « On gère tous les flux pour que les entreprises se consacrent exclusivement à leur cœur de métier, souligne Isabelle Petit, responsable grands comptes chez Idéa. Avoir des camions équipés d’un bras porteur et de fourches permet l’acheminement du matériel à pied d’œuvre. Les artisans n’ont ainsi pas à manutentionner à la main sur les derniers mètres du gros matériel, avec les risques que cela engendre. »

Vue d'un véhicule d'un transport équipé d'un grue embarquée.

Il s’agit d’une rénovation en site diffus, c’est-à-dire de maisons dans des lotissements. « Une base déportée n’est pas adaptée partout. Mais pour ce programme, c’est pertinent car il n’y a pas de place pour stocker le matériel neuf dans les jardins des maisons, ni pour y stocker les déchets », précise-t-elle. Tout le matériel qui va être posé dans les logements transite donc par cette plate-forme. À l’intérieur, les éléments sont stockés et ordonnés par typologie : portes, radiateurs, pompes à chaleur, matériels de bardage extérieur, volets roulants… Un peu plus loin, des chevalets de menuiseries PVC déjà constitués et destinés à des logements identifiés sont prêts à être chargés.

LE TÉMOIGNAGE DE...

Franck Waroux, chef d’équipe sur la plate-forme de Carvin


©Fabrice Dimier pour l'INRS/2023

« Nous travaillons avec une petite trentaine de fournisseurs, mais je ne suis en contact qu’avec une seule interlocutrice chez notre client, qui centralise les informations. Les façons de travailler entre le secteur du bâtiment et le secteur de la logistique sont différentes. Chacun a son vocabulaire, il y a parfois eu des incompréhensions, mais on apprend à se connaître. On programme les livraisons de matériel en “juste-à-temps” pour qu’il arrive sur site au moment où les entreprises en ont besoin, afin d’éviter trop d’encombrement, de coactivité, ainsi que les vols de matériel. Grâce à l’outil informatique de gestion, on sait en permanence où sont tous les produits. La traçabilité est totale. »

Car la plate-forme sert aussi de lieu de kitting : à partir des livraisons en gros, une équipe d’un établissement et service d’aide par le travail (Esat) voisin vient composer des kits contenant les pièces nécessaires pour chaque habitation. Un kit « salle de bain » sera par exemple composé de trois plaques de BA13, d’un lavabo, d’un bloc toilette, d’un bac receveur de douche, des parois coulissantes et de la robinetterie. « Ainsi, les ouvriers ont à disposition tout le matériel dont ils vont avoir besoin pour une habitation donnée. Ils n’ont plus à courir après », commente Franck Waroux, chef d’équipe. « Les métiers du BTP sont déjà en tension. Si les ouvriers doivent passer une partie de leur temps à chercher le matériel au bout de la rue, ou à le sécuriser contre les vols, c’est autant de temps qui n’est pas productif pour eux, remarque Isabelle Petit. Nous faisons en sorte que leur temps de travail soit uniquement consacré à leur métier, et dans de bonnes conditions. »

Anticiper pour livrer au bon moment

En échelonnant les livraisons, et donc les interventions des différents corps d’état, le logisticien réduit la coactivité sur les chantiers, et les risques associés. Il lisse aussi le planning de livraison en fonction de l’avancement des chantiers. « En tant que logisticien ayant une culture industrielle, nous apportons de la rigueur dans la planification tandis que le secteur du BTP, qui est très réactif, fait preuve d’une grande adaptabilité et trouve vite des solutions aux problèmes rencontrés, poursuit Isabelle Petit. D’où une complémentarité qui nous fait respecti–vement monter en compétences. Le matériel que nous livrons est prêt à être posé. Mais pour le livrer au bon moment, cela nécessite plus d’anticipation et de rigueur dans l’organisation. »

Cette rigueur dans la planification passe par un outil informatique de gestion des stocks et des outils de livraison spécialement développé, qui permet de savoir en permanence où sont les pièces, quels seront les volumes à livrer, et d’établir les plannings. Une équipe de développeurs informatiques en interne a paramétré l’outil au plus près des besoins. « J’ai demandé certaines modifications pour faciliter la navigation. Il est désormais parfaitement adapté », se réjouit Franck Waroux. Et sert de fil conducteur entre toutes les entreprises de cette chaîne de construction.

DES BIG BAGS À FOND OUVRANT

Un programme de rénovation énergétique de logements génère un volume de déchets conséquent (menuiseries, radiateurs, etc.), dont une grande partie est aujourd’hui recyclable. Cette gestion des déchets est également régie par Idéa. Les camions qui livrent le matériel sur les chantiers rapportent au retour les éléments déposés et, dans la mesure du possible, ne circulent pas à vide afin d’optimiser les déplacements et de limiter les rotations. Les déchets récupérés sont à leur tour stockés temporairement à l’extérieur de la plate-forme déportée, avant d’être pris en charge par une entreprise spécialisée. Pour faciliter les manipulations des déchets en vrac qui reviennent dans des big bags, l’entreprise de logistique s’est dotée de big bags à fond ouvrant. À l’aide d’un chariot élévateur, ils sont vidés dans les bennes en tirant simplement sur l’ouverture. Cela évite l’emploi de retourneurs de caisses et s’avère plus sûr.

Partager l'article
Lien copié
Les articles du dossier
La chaîne logistique

Sur le même sujet